Re-building resilient education systems: three lessons on the privatisation of education emerging from the COVID-19 pandemic

By members of the Privatisation in Education and Human Rights Consortium

It is well-known that the disruptions to education due to COVID-19 are enormous.

In order to understand the full effects of the pandemic, members of the Privatisation Education and Human Rights Consortium, an informal network of national, regional and global organisations and individuals who collaborate to analyse and respond to the challenges posed by the rapid growth of private actors in education from a human rights perspective and propose alternatives, have collectively monitored the news related to private education in the context of COVID-19. The following key lessons have emerged. 

Image credit: Ikhlasul Amal

1. Technological companies are not solving education inequalities, they can even perpetuate them.

Education authorities around the world have quickly tried to shift to distance learning models in the aim of ensuring continuity of “learning”, with many embracing various digital solutions.  As discussed below, there are different ways to deliver on distance learning, including “high tech” (usually through IT equipment), and low- or no-tech (such as radio programmes).

According to a UNESCO estimate, 95 governments across the globe have introduced online solutions during the pandemic, and online learning is increasingly becoming an integral part of education globally. This has led to the development of a narrative suggesting online learning and technology could play a key role in resolving education challenges. Big technological companies such as Google, Microsoft and Facebook have rapidly gained an increased prominence in global education, bringing out papers such as “Education Reimagined”, suggesting a paradigm shift for education, and educational companies have started to market online schooling platforms promoting these as long-term alternatives for education.

However, online solutions in education are not working well for everyone and are causing great concerns for equality and equitable education systems. Currently, at least 500 million children are not accessing distance learning alternatives and almost 47% of all primary and secondary students being targeted exclusively by national online learning platforms do not have access to the internet. Examples are widespread: in Pakistan, only 31% per cent of homes have access to the internet; in Latin America 46% of boys and girls between the ages of 5 and 12 live in houses without access to the internet; and in Kenya only 22% of children have access. This is not just a problem in the Global South. In certain regions of Spain, up to 20% of students lack access to online materials; in the USA, approximately 1 in 10 children from low-income households has little to no access to the technology for learning.

Distance learning, in particular through “high-tech” solutions promoted by private companies, can thus be very problematic for the realisation of the right to education. In addition, relying on multinational corporations to deliver education solutions is contributing to the emergence of new forms of privatisation and commercialisation in education, that raise many other concerns, for instance about the democratic control of education.

As stressed by UN Special Rapporteur on the right to education, Dr Koumbou Boly Barry, in her report on COVID-19, “the digitization of education should never replace onsite schooling with teachers, and the massive arrival of private actors through digital technology should be considered a major danger for education systems and the rights to education for all”.

2. In many cases privatisation creates non-resilient education systems and is unsustainable.

The crisis has highlighted many cases of vulnerability arising from having an education system that relies on private actors and the resulting risks for the right to education.

It has shown private schools lacking capacity to face the crisis, for various reasons that could include dependency on fees from already low-income families, pressure to maintain profit levels, poor and short-term focused management, and lack of access to credit. Peru, Pakistan, India, the UK, and Argentina face the possibility of a mass closure of private schools. In Kenya, Morocco and Senegal, governments have had to step in to save private schools, and in Nepal and Pakistan there have been pressures from private schools to governments requesting support during the crisis. We’ve seen practices such as a rule which allowed emergency coronavirus funds to be given to private schools in the USA, which was subsequently dropped after a federal judge ruled that it violated the law.

This fragility of private schools has clearly had an effect on children suddenly out of school as well as their families. Although many families have lost their source of income, a number of private schools have continued charging fees, even when they could not continue providing services. For example, in Tunisia, parents were concerned as to how they will pay tuition fees for a third term, in the Democratic Republic of Congo private schools urged parents to pay fees, and in India private schools continued to hike fees, despite the Government guidelines.

The crisis has also exposed the lack of protection of labour rights of teachers working in private schools. Examples include private school teachers in Somalia facing uncertainty as to whether they will receive their usual salary, and private schools in Pakistan, Malawi, Senegal, Morocco, Chad, Democratic Republic of Congo and Jordan as to whether they would be in a position to pay their staff, with some in India deciding to pay teachers by the hour instead of their monthly salaries. In India it also took orders from various High Courts to ensure that if private schools continued to collect tuition they would be required to prioritise payment of teachers and other staff with money brought in. Bridge International Academies (BIA) has also come under strong criticism. In Kenya, BIA staff were sent home with only 10% pay, uncertain when this would change, and in Liberia the Ministry of Labour launched an investigation into complaints that BIA had reduced staff salaries by 80-90% despite a government directive prohibiting pay cuts beyond 50%.

In other cases, governments have stepped in to support private schools specifically with the payment of staff salaries, reflecting the central role of States to ensure the sustainability of a service like education and basic labour rights. This was the case in Congo and Cote d’Ivoire, while in Togo and Mauritius teachers at private institutions have called on the government for help.  

3. The urgent solution: invest in free public education and re-build sustainable systems.

The COVID-19 crisis and its effect on education systems has once again revealed the importance of stable, well-funded, free public and inclusive education systems that meet human rights standards – and shown that this cannot be achieved without public authorities.

If there is one lesson to draw from this crisis for education, it is that it is indispensable to build human rights-aligned, non-market, spaces, with a strong public sector, that guarantee equal services for all, even in cases of contingency. Human rights norms and standards are more relevant than ever in these times, and the recently adopted Abidjan Principles provide clear guidelines to help States build more equitable, solid and effective education systems.

Perhaps most critical is to ensure that post-COVID, free public education systems are sustainably financed through action on budget shares, progressive taxation, increased aid, moratorium of debt payments and a push back against austerity policies (as articulated in the recent Call to Action on Domestic Financing of Education). They should use this funding to focus on developing sustainable, resilient, public education systems. Where governments are financing private schools or engaging with tech companies for online learning, regulatory measures should be taken to ensure the right to education and protect the most vulnerable.

As policy-makers are considering how to rebuild their economies, governments have a unique opportunity to learn from the current crisis and build solid free public education systems that will help humanity to face the challenges that arise in the coming decades.

by:

●   Global Initiative for Economic, Social and Cultural Rights

●   Solidarité Laïque

●   Brazilian Campaign for the Right to Education

●   Initiative for Social and Economic Rights

●   Global Campaign for Education-US

●   Asociación Civil por la Igualdad y la Justicia (ACIJ)

●   Oxfam India

●   ActionAid

●   The East African Centre for Human Rights (EACHRights)

●   Right to Education Initiative

●   Latin American Campaign for the Right to Education (CLADE)

  The International Federation of Centers for Training in Active Education Methods (Ficeméa) 

● Equal Education

Members of the Privatisation in Education and Human Rights Consortium

******* Version française ********

Reconstruire des systèmes éducatifs résilients : trois leçons sur la privatisation de l’éducation de la pandémie COVID-19

Il est bien documenté que les perturbations de l’éducation dues à la COVID-19 sont énormes.

Afin de comprendre tous les effets de la pandémie, les membres du Consortium sur la privatisation de l’éducation et les droits de l’Homme (PEHRC), un réseau informel d’organisations et d’individus nationaux, régionaux et mondiaux qui collaborent pour analyser et relever les défis posés par la croissance rapide des acteurs privés dans l’éducation du point de vue des droits de l’Homme et proposer des alternatives, ont collectivement suivi l’actualité liée à l’enseignement privé dans le cadre de la COVID-19. Les leçons clés suivantes ont émergé.

1. Les entreprises technologiques ne résolvent pas les inégalités en matière d’éducation, elles peuvent même les perpétuer.

Les autorités éducatives du monde entier ont rapidement tenté de passer à des modèles d’apprentissage à distance dans le but d’assurer la continuité de « l’apprentissage », beaucoup adoptant diverses solutions numériques. Comme indiqué ci-dessous, il existe différentes manières de dispenser un enseignement à distance, y compris la « haute technologie » (généralement par le biais de matériel informatique) et la faible ou la non-technologie (comme les programmes de radio).

Selon une estimation de l’UNESCO, 95 gouvernements à travers le monde ont introduit des solutions en ligne pendant la pandémie, et l’apprentissage en ligne fait de plus en plus partie intégrante de l’éducation dans le monde. Cela a conduit au développement d’un narratif suggérant que l’apprentissage et la technologie en ligne pourraient jouer un rôle clé dans la résolution des problèmes d’éducation. Les grandes entreprises technologiques telles que Google, Microsoft et Facebook ont rapidement acquis une place de plus en plus importante dans l’éducation mondiale, en publiant des articles tels que « Education Reimagined », suggérant un changement de paradigme pour l’éducation, et les entreprises éducatives ont commencé à commercialiser des plates-formes d’enseignement en ligne les promouvant comme des alternatives à long-terme pour l’éducation.

Cependant, les solutions en ligne dans le domaine de l’éducation ne fonctionnent pas bien pour tous et suscitent de vives inquiétudes pour l’égalité et l’équité des systèmes scolaires. Actuellement, au moins 500 millions d’enfants n’ont pas accès aux alternatives d’apprentissage à distance et près de 47% de tous les élèves du primaire et du secondaire qui sont ciblés exclusivement par les plates-formes nationales d’apprentissage en ligne n’ont pas accès à internet. Les exemples sont répandus: au Pakistan, seuls 31% pour cent des foyers ont accès à internet; en Amérique latine, 46% des garçons et des filles âgés de 5 à 12 ans vivent dans des maisons sans accès à internet; et au Kenya, seuls 22% des enfants y ont accès. Ce n’est pas seulement un problème dans les pays du Sud. Dans certaines régions d’Espagne, jusqu’à 20% des étudiants n’ont pas accès aux matériaux en ligne; aux États-Unis, environ 1 enfant sur 10 issu de ménages à faible revenu n’a pas d’accès à la technologie pour l’apprentissage.

L’enseignement à distance, en particulier grâce à des solutions « de haute technologie » promues par des entreprises privées, peut donc être très problématique pour la réalisation du droit à l’éducation. En outre, s’appuyer sur les sociétés multinationales pour proposer des solutions éducatives contribue à l’émergence de nouvelles formes de privatisation et marchandisation de l’éducation, qui soulèvent de nombreuses autres préoccupations, par exemple au sujet du contrôle démocratique de l’éducation.

Comme l’a souligné la Rapporteuse Spéciale des Nations Unies sur le droit à l’éducation, le Dr Koumbou Boly Barry, dans son rapport sur la COVID-19, « la numérisation de l’éducation ne devrait jamais remplacer la scolarisation sur place par des enseignants, et l’arrivée massive d’acteurs privés grâce au numérique doit être considérée comme un danger majeur pour les systèmes scolaires et les droits à l’éducation pour tous ».

2. Dans de nombreux cas, la privatisation crée des systèmes scolaires non résilients et n’est pas viable.

La crise a mis en évidence de nombreux cas de vulnérabilité résultant d’un système éducatif reposant sur des acteurs privés et les risques qui en résultent pour le droit à l’éducation.

Il est apparu que les écoles privées n’avaient pas la capacité de faire face à la crise, pour diverses raisons qui pourraient inclure la dépendance aux frais de scolarité de familles déjà à faibles revenus, la pression pour maintenir les niveaux de profit, une gestion médiocre et ciblée à court terme et le manque d’accès au crédit. Le Pérou, le Pakistan, l’Inde, le Royaume-Uni, et l’Argentine font face à la possibilité d’une fermeture massive des écoles privées. Au Kenya, au Maroc et au Sénégal, les gouvernements ont dû intervenir pour sauver les écoles privées; au Népal et au Pakistan, des écoles privées ont fait pression sur le gouvernement pour demander un soutien pendant la crise. Nous avons également vu des pratiques telles qu’une règle autorisant l’octroi de fonds d’urgence contre le coronavirus aux écoles privées aux États-Unis, qui a par la suite été abandonnée après qu’un juge fédéral a jugé qu’elle enfreignait la loi.

Cette fragilité des écoles privées a clairement eu un effet sur les enfants soudainement déscolarisés ainsi que sur leurs familles. Bien que de nombreuses familles aient perdu leurs sources de revenus, un certain nombre d’écoles privées ont continué de facturer des frais, même si elles ne pouvaient pas continuer à fournir des services. Par exemple, en Tunisie, les parents s’inquiétaient de la manière dont ils paieront les frais de scolarité pour un troisième trimestre, en République Démocratique du Congo, les écoles privées ont exhorté les parents à payer les frais de scolarité et en Inde, les écoles privées ont continué d’augmenter les frais de scolarité, malgré les directives du gouvernement.

La crise a également révélé le manque de protection des droits du travail des enseignants travaillant dans les écoles privées. Les exemples incluent les enseignants des écoles privées en Somalie confrontés à l’incertitude quant à savoir s’ils recevront leur salaire habituel, et les écoles privées au Pakistan, au Malawi, au Sénégal, au Maroc, au Tchad, en République Démocratique du Congo et en Jordanie pour savoir s’ils seraient en mesure de payer leur personnel, certains en Inde  décidant de payer les enseignants à l’heure au lieu de leur salaire mensuel. En Inde, des ordres de plusieurs tribunaux de grande instance ont notamment été nécessaires pour s’assurer que si les écoles privées continuaient à percevoir les frais de scolarité, elles seraient tenues de donner la priorité au paiement des enseignants et des autres membres du personnel avec l’argent perçu. Bridge International Academies (BIA) a également fait l’objet de vives critiques. Au Kenya, le personnel de BIA a été renvoyé chez lui avec seulement 10% de salaire, incertain de quand cela changerait, et au Liberia, le Ministère du Travail a ouvert une enquête sur les plaintes selon lesquelles BIA avait réduit les salaires du personnel de 80 à 90% malgré une directive gouvernementale interdisant les réductions de salaire au-delà de 50%.

Dans d’autres cas, les gouvernements sont intervenus pour soutenir les écoles privées spécifiquement avec le paiement des salaires du personnel, reflétant le rôle central des États pour assurer la durabilité d’un service comme l’éducation et les droits fondamentaux du travail. Ceci a été le cas au Congo et en Côte d’Ivoire, tandis qu’au Togo et à Maurice les enseignants des établissements privés ont demandé l’aide du gouvernement.

3. La solution urgente : investir dans l’éducation publique gratuite et reconstruire des systèmes durables.

La crise de la COVID-19 et ses effets sur les systèmes scolaires ont une fois de plus révélé l’importance de systèmes scolaires publics et inclusifs stables, bien financés, gratuits et conformes aux normes des droits de l’Homme – et ont montré que cela ne peut être réalisé sans les autorités publiques.

S’il y a une leçon à tirer de cette crise pour l’éducation, c’est qu’il est indispensable de construire des espaces non-marchands, alignés sur les droits de l’Homme, avec un secteur public fort, qui garantissent des services égaux pour tous, même en cas d’urgence. Les normes et standards relatifs aux droits de l’Homme sont plus pertinents que jamais pendant la période actuelle, et les Principes d’Abidjan récemment adoptés fournissent des directives claires pour aider les États à construire des systèmes scolaires plus équitables, solides et efficaces.

Le plus important est peut-être de veiller à ce que les systèmes d’éducation publique gratuits post-COVID soient financés de manière durable par des actions sur les parts budgétaires, une fiscalité progressive, une aide accrue, un moratoire sur le paiement de la dette et une lutte contre les politiques d’austérité (comme indiqué dans le récent Appel à l’action sur le financement national de l’éducation). Ils devraient utiliser ce financement pour se concentrer sur le développement de systèmes d’éducation publique durables et résilients. Lorsque les gouvernements financent des écoles privées ou s’engagent avec des entreprises technologiques pour l’apprentissage en ligne, des mesures réglementaires doivent être prises pour garantir le droit à l’éducation et protéger les plus vulnérables.

Alors que les décideurs politiques réfléchissent à la manière de reconstruire leurs économies, les gouvernements ont une occasion unique de tirer les leçons de la crise actuelle et de construire des systèmes d’éducation publique gratuits solides qui aideront l’humanité à faire face aux défis qui se présenteront dans les décennies à venir.

Par :

  • Initiative mondiale pour les droits économiques, sociaux et culturels
  • Solidarité Laïque
  • Campagne brésilienne pour le droit à l’éducation
  • Initiative pour les droits sociaux et économiques
  • Campagne Mondiale pour l’Éducation
  • Association civile pour l’égalité et la justice (ACIJ)
  • Oxfam Inde
  • ActionAid
  • Le Centre d’Afrique de l’Est pour les droits de l’homme (EACHRights)
  • Initiative pour le droit à l’éducation
  • Campagne latino-américaine pour le droit à l’éducation (CLADE)
  • Fédération internationale des Ceméa (Ficémea)
  • Equal Education

Membres du Consortium sur la privatisation de l’éducation et les droits de l’Homme (PEHRC)

This entry was posted in Non-state actors, private schools, private sector, privatisation and tagged , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Re-building resilient education systems: three lessons on the privatisation of education emerging from the COVID-19 pandemic

  1. Pingback: Re-building resilient education systems: two lessons on the privatisation of education and one solution emerging from the COVID-19 pandemic — World Education Blog | hogaanka.org

  2. Pingback: Lições da privatização na educação | AVALIAÇÃO EDUCACIONAL – Blog do Freitas

  3. Pingback: Reconstruire des systèmes éducatifs résilients : trois leçons sur la privatisation de l’éducation de la pandémie COVID-19 - Réseau francophone contre la marchandisation de l'éducation

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s