C’est officiel: la crise a sévèrement affecté l’aide au développement

Par Elise Legault, chargée de recherche, Rapport mondial de suivi sur l’Éducation pour tous

Les données pour l’aide publique au développement (APD) pour l’année 2011 viennent tout juste d’être publiées par l’OCDE, et pour la première fois depuis 1997, l’aide étrangère a diminué en termes réels —de 3% par rapport à 2010. Cette baisse est une conséquence directe de la crise financière, mais puisque les budgets d’aide ont tendance à réagir lentement aux changements économiques, 2011 est la première année pour laquelle nous pouvons réellement en observer l’impact. 16 des 23 donateurs membres du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE ont réduit leur aide, certains de manière drastique.

À la suite de sévères pressions budgétaires, l’Espagne, qui était devenue un donateur important durant la dernière décennie, a effectué des coupures de plus de 30%. Le Japon a diminué son aide de 10%. D’autres importants bailleurs comme le Canada, la Norvège et la France ont aussi coupé, mais plus modestement. Dans le cas de la France, la réduction est probablement due au changement de statut de l’île de Mayotte, qui est devenue un département d’outre-mer en 2011, et qui ne peut donc plus être classée comme récipiendaire. En 2010, Mayotte a reçu plus the $600 millions, 7% de toute l’APD française.

D’un autre côté l’Australie, l’Allemagne, la Suède et la Suisse continuent d’augmenter leur aide malgré la crise. Les États-Unis et le Royaume-Uni ont effectué des coupes minimes, mais dans le dernier cas à la suite d’importantes augmentations en 2010.

Qu’est-ce que cela signifie pour l’éducation? Les données de l’aide par secteur pour l’année 2011 ne seront pas publiées avant la fin de l’année, mais la baisse générale indique que l’éducation risque de souffrir.  Aucun signe ne suggère que le secteur recevra une plus grande part de l’aide totale, et nous savons déjà que la Banque mondiale, le plus important donateur d’aide à l’éducation de base, a grandement réduit son soutien après une augmentation en 2009 et 2010. Par contre les déboursements devraient ré-augmenter en 2012.

Bien que la baisse de l’aide en 2011 ne soit pas une surprise, elle demeure inquiétante. Les pays en voie de développement ont aussi souffert de la crise, que ce soit à travers une pression sur leurs propres budgets, une baisse des exportations, ou des investissements étrangers moins importants. Dans les pays donateurs, l’aide représente rarement plus de 1% du budget total, et ne peut donc pas représenter une manière efficace de faire des économies. Par contre les coupures risquent d’avoir un impact dévastateur sur le terrain dans certains des pays les plus pauvres du monde, dont plusieurs sont grandement dépendants de l’aide pour atteindre leurs objectifs de développement, comme ceux de l’Éducation pour tous.

This entry was posted in Aid, Developing countries, Donors, Finance, Governance. Bookmark the permalink.

One Response to C’est officiel: la crise a sévèrement affecté l’aide au développement

  1. B peyron d'Auvigny says:

    Il y a 3 ans j’ai découvert avec un groupe de femmes travaillant sur l’Education pour Tous , le chiffre alloué pour les bourses et l’aide à l’éducation pour tous au niveau mondial par notre pays la France. En fait les fonds ont été surtout alloués dans le cadre du développpement de nouvelles technologies éducatives via le net, au sein des universités françaises sur notre propre territoire.
    A mon grand étonnement, j’ai lu en regardant les statitiques concernant les examens dans les universités que nous avions délaissées ; par exemple en Afrique francophone , que les étudiants inscrits à ces cours “longue distance” devaient se déplacer dans les capitales surtout en Afrique, sans en avoir les moyens pour passer leurs examens. Certains autres devaient venir en France pour les passer et repartir aussitôt sur place. Nous sommes bien loin du développement local.
    De plus vous remarquerez que je parle au masculin, la plupart des bourses de haut niveau étaient attrbuées par le gouvernenment français à des étudiants et non des étudiantes, bien que la disparité semble se corriger peu à peu.
    Nous pourrons parler de tous ces points et vais essayer de trouver pour l’ONG que j’ai représentée pendant plusieurs années à L’UNESCO la World YWCA, le rapport complet EFA 2012, celui dintrent est un peu léger.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s